« Farm Hacking »

« Farm Hacking » : le futur de l’agriculture ?
∼ le 4 Juillet de 14h30 à 18h ∼


 

COORDINATEUR DE LA THÉMATIQUE

Après avoir œuvré de la Recherche Fondamentale à la Recherche Appliquée en passant par la Production et la R&D au sein des compagnies IBM, STMicroelectronics et les Instituts du CEA, Philippe Coronel propose un autre regard en terme de « Breakthrough » Technologies et Architectures pour construire la Recherche Usage transverse au cœur de l’équipe Open Innovation Center du CEA (avec un focus particulier pour les systèmes actifs et reconfigurable).

 

Après 10 ans à explorer la planète à la recherche de ressources rares, Matthieu Helwig s’invite depuis peu à l’Ideas Laboratory pour l’exploration du futur. Friant de bonne gastronomie, il ne veut pas se nourrir avec des gélules mais souhaite tendre vers une alimentation bonne de sens ! Chef de projet sur la thématique « Alimentation et Société » il sera heureux de vous accueillir le 4 et le 5 juillet 2017 aux Ideas Days et d’ouvrir les discussions sur le futur de l’agriculture.

 

UN PETIT MOT

« Farm Hack aims to nurture the development, documentation, and manufacture of farm tools for resilient agriculture. We also seek to build a community of collaboration with like-minded organizations. Farm Hack lights the spark for a collaborative, self-governing community that builds its own capacity and content, rather than following a traditional cycle of raising money to fund top-down knowledge generation and guidebook writing. »

Source: farmhack.org

QUELQUES CHIFFRES

3 500

C’est le nombre de start-up de la foodtech dans le monde qui déploient de nouvelles technologies et des services innovants dans la production alimentaire, la transformation, la distribution, « du champ à l’assiette ». IoT, robotique, drones, intelligence artificielle, e-commerce… les sujets technologiques sont nombreux.

38 MILLIARDS DE DOLLARS

C’est la somme investie par plus d’un millier d’investisseurs dans des start-up de la foodtech ces trois dernières années : la moitié par des VC, l’autre par le biais d’introductions en bourse. Des start-up comme:  Delivery Hero (Allemagne), Ele.me (Chine), Hello Fresh (Allemagne), Instacart (Etats-Unis).

31%

C’est la part des sommes levées ces trois dernières années dans la foodtech qui concernent le sous-segment du « food delivery », la livraison de produits ou de repas. Suivent l’agri-tech (23%), et l’innovation produit à égalité avec le retail/logistique (16%).

0,45%

C’est le poids des start-up françaises dans les investissements dédiés à la foodtech au niveau mondial ces trois dernières années ! Un paradoxe, car la France pèse 8% du PIB agro-alimentaire dans le monde, avec des leaders mondiaux dans leurs marchés.

Source : www.usine-digitale.fr 

 

NOTRE POINT DE VUE

Le monde de l’agriculture comme d’autres secteurs n’échappe pas à la règle : le Digital et l’économie collaborative sont en train de transformer la manière dont on produit nos ressources alimentaires. D’un côté la robotisation, les big datas, l’intelligence artificielle et les objets connectés permettent de mieux optimiser et contrôler le processus de production en diminuant la pénibilité du travail humain. De l’autre les Low Tech, le Do It Yourself, l’économie Collaborative rendent plus facile et plus libre la façon dont on cultive et échange les denrées alimentaires. Ces approches, à priori différentes, sont-elles incompatibles ou bien complémentaires et donnent libre cours à un éventail de types de productions différentes en fonction des situations : agriculture urbaine, permaculture, petits paysans ou grandes exploitations…

LES CONFÉRENCIERS


Stefano Volpi
Co fondateur de Connecting Food 
∼ le 4 Juillet de 14h30 à 15h ∼

« l’impact des nouvelles technologies sur l’alimentation »

Comment l’utilisation des technologies digitales (Blockchains, Internet of things, Cloud, Machine Learning, Intelligence Artificielle) peut améliorer la qualité  des produits alimentaires ?

 

Jérôme Le Roy
WEENAT
∼ le 4 Juillet de 15h à 15h30 ∼

« Intelligence Artificielle , capteurs, satellites et robots dans la filière agricole : A quels problèmes s’adressent ils ? Quelle perception par les utilisateurs ? »

Weenat, jeune entreprise dynamique créée en 2014, développe des solutions d’agronomie de précision mobile et connectée. Elle met à disposition des agriculteurs une information agronomique précise et accessible pour les aider dans leurs prises de décisions grâce au développement de solutions connectées. Les utilisateurs de solutions Weenat disposent en permanence de données ultra précises grâce à un trio : capteur, modèles agronomiques et interface simple d’utilisation. Weenat accompagne ainsi les exploitants tout au long de leur campagne et développe de nombreux partenariats avec des instituts techniques et les réseaux de distribution.

 


Michaël  Sarrey
CEO de Bot2Karot
∼ le 4 Juillet de 15h30 à 16h ∼

« Bot2Karot ou jouer à cultiver vos légumes dans votre jardin »

Bot2Karot est né dans l’esprit d’un enfant. Qui d’autre pourrait imaginer transformer les tâches laborieuses de notre quotidien en jeu vidéo ? Une idée toute à la fois naïve & enracinée dans la terre. Bot2Karot est un jeu de culture potagère qui s’étend jusqu’à votre jardin & vous fait gagner les légumes de votre potager. Je vous montrerai comment, autour d’un atelier familial, entourés de passionnés, nous avons démontré la pertinence de cette idée qui a conduit Eliott dans la Silicon Valley & comment, avec de jeunes Lorrains, nous allons la concrétiser.

Mickaël  Gandecki
Co-Fondateur de MyFood
∼ le 4 Juillet de 16h30 à 17h ∼

« La production alimentaire décentralisée : mouvements de surface et vagues de fond »

Tendance, effet de mode ou véritable remise en question, où en est-on avec l’autoproduction ? “Food is the new internet” – Kimbal Musk Entre fermes verticales et nouveaux circuits de distribution, une nouvelle industrie de rupture commence à émerger.

Michel Guglielmi
Professeur d’économie agricole et alimentaire – ‎ISARA de Lyon
∼ le 4 Juillet de 17h à 17h30 ∼

« Choix technologiques ou choix sociaux ? »

Quelques promesses merveilleuses de la technologie en agriculture. De quel modèle social sont-elles le nom ? Quelles conséquences en terme d’emplois, d’organisation sociale ? D’autres voies se présentent, reposant sur une maîtrise fine et complexe des agro-éco-systèmes. Sont-elles des impasses, des contre-tendances à la marge, de véritables voies d’avenir ?