Thématiques

Technologies et résiliences: utopie ou équilibre ? 

 

La science et les technologies au service de la résilience

Que cela soit la modélisation de systèmes complexes ou l’intelligence artificielle pour aider à la prédiction de perturbations futures, ces nouveaux outils nécessitent des technologies de plus en plus pointues (objets connectés, visualisation de données, calcul haute performance, processeurs neuromorphiques…). Ils nous ouvrent de formidables perspectives pour prédire, anticiper et gérer la ville de demain (énergie, transports…) mais le déploiement de ces technologies est également la source de nouveaux problèmes. Par exemple, les ressources nécessaires à la fabrication de l’électronique sont gourmandes en énergie et en matières (terres rares, métaux…). La course à l’hyper-connectivité et à la high-tech n’est bien évidemment pas seulement pilotée par l’évolution du climat et par l’idéal de développement durable mais souvent par des habitudes sociales ou des tendances associées au développement de notre économie libérale (effet de mode, consumérisme…). La résilience et la sobriété sont-elles incompatibles avec la high-tech ou bien y a-t-il un équilibre à trouver ?

Les conférenciers  de la thématique

L’humain au centre de la résilience

Si la technologie est une solution pour avoir une approche résiliente face aux enjeux climatiques, ce sont d’abord et avant tout des sociétés humaines qui la mettent en œuvre. Le cœur du système repose sur une prise de conscience, un changement radical des usages et une implication qui n’est pas évidente. Cela nécessite aussi une organisation de systèmes et de réseaux de citoyens qui œuvrent de concert avec les politiques territoriales. L’action locale est importante mais c’est aussi à l’échelle de la planète que ces écosystèmes citoyens doivent se former et se mettre en place pour une action durable.

Les conférenciers  de la thématique

L’approche écosystémique pour la résilience

Que cela soit par les technologies ou par l’humain, aucune approche de la résilience ne peut fonctionner si l’approche n’est pas systémique et appréhendée de façon globale. Il n’y a pas d’angle de vue plus important qu’un autre car c’est une approche dynamique qu’il faut développer. Pour cela le point de vue de la biologie et du biomimétisme est intéressant car les systèmes vivants sont complexes et s’adaptent en continue aux variations de notre environnement.

Les conférenciers  de la thématique

Les belles histoires de la résilience

Les approches résilientes pour la gestion des villes ou des ressources ne sont pas que pures théories et modélisations, il y a des exemples concrets qui se mettent en place à différents endroits sur la planète. Que cela soit au niveau de la gestion d’une ville ou bien des ressources dans des systèmes ruraux, des témoignages permettront de faire le point sur une sélection de différentes initiatives.

Les conférenciers  de la thématique

2040: quelles visions utopiques ? 

Architecture, bande-dessinées ou science-fiction sont des disciplines qui ont souvent anticipé l’organisation de nos sociétés et qui prévoient depuis des années le scénario des ressources limitées dans lequel nous entrons. A travers plusieurs visions nous ouvrirons la réflexion vers un futur désirable dans lequel l’humain aura toujours une marge de manœuvre pour exister et continuer de rêver et désirer son futur.

Les conférenciers  de la thématique